Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends.

Benjamin Franklin

Le temps, c’est de l’argent

Voilà une autre citation de Benjamin Franklin, ce n’est certes pas sa meilleure mais il faut reconnaître que cet inventeur (entre autre) de génie, n’en était pas moins philosophe à ses heures et pragmatique surtout. Il a parfaitement résumé ce que concrètement est le but d’une formation, quelle qu’elle soit.

En clair, le temps que l’on gagne à apprendre ce que d’autres savent déjà, c’est de l’argent que l’on ne perd pas à faire des erreurs, les erreurs qui coûtent cher.

Aujourd’hui, s’engager dans un métier sans en connaître les rouages, c’est le meilleur moyen de perdre son temps et de l’argent. Dans le cas du commerce ambulant, la démonstration est vite faite quand on visite un marché. On observe que la plupart du temps, les anciens, ceux qui ont l’expérience, s’en sortent souvent mieux que les débutants. Certes, l’énergie de la jeunesse et la volonté d’y arriver, la vivacité et l’intelligence sont des atouts mais si en plus on vous donne l’expérience et le savoir faire, alors qui pourra vous arrêter?

20 ans d’expérience feront toujours la différence

Peu de choses s’improvisent, et chercher les réponses aux questions prend toujours beaucoup de temps. A qui se fier? Qui a la bonne réponse? Les textes de loi, les normes d’hygiène, les formes juridiques, la comptabilité, la sécurité, les sources, les différends juridiques, les bonnes techniques de vente, etc. , tout ceci et bien plus vous est fourni par la Formation Lecam. De l’idée de votre projet jusqu’à sa réalisation concrète, nos formateurs d’expérience vous accompagnent dans chaque aspect de votre activité et vous feront gagner un temps précieux en vous transmettant leur savoir et leurs compétences acquises au fil des années.

Commerce ambulant, ses us et coutumes

Il n’est pas rare qu’un métier ait ses codes, son langage et ses règles. Le commerce ambulant n’échappe pas à la règle. Concernant le langage, bien souvent (et surtout les anciens du métier) ponctuent leurs phrases de mots étranges, issus parfois de l’argot, parfois de la langue des gens du voyage, parfois du verlan, et même parfois de termes bien spécifiques à la profession. Ceux et celles qui ont un peu de facultés d’adaptation vont vite se passer de traducteurs pour comprendre les subtilités de ces expressions. Pour ceux et celles qui sont étrangers à la profession, quelques notions ne seront pas superflues pour être un peu « affranchis ».

Les codes quant à eux relèvent plus du bon sens et d’une certaine tradition. Ne pas commettre d’impairs est aussi une bonne façon de s’intégrer à un métier. Exemple concret : le jour où un concurrent est absent, évitez de revendiquer son emplacement lors du rappel, c’est plutôt mal vu.

Le commerçant ambulant est multi casquettes

Comme souvent, les indépendants, freelances et autres chefs d’entreprises à leur compte doivent savoir tout gérer, tout développer avant de pouvoir déléguer. Il faut donc avoir des notions de comptabilité et de gestion, de juriste, de vente, de sourcing, de marketing. La meilleure façon de gagner du temps, c’est d’avoir un concentré d’expérience, une formation qui permettent de pérenniser son activité et mettre toutes les chances de son coté pour réussir son projet.

Sur les marchés, il existe plusieurs moyens d’obtenir un emplacement. Et l’emplacement fait partie des critères de succès de tout commerce, en particulier le commerce ambulant.

En contactant la mairie

En faisant une demande par e-mail ou par courrier auprès de la Mairie, cela vous permettra d’obtenir peut être une place. Soit parce que la commune n’est pas trop sollicitée, ce qui n’est pas forcément bon signe, soit d’avoir une place de seconde voir troisième catégorie, donc dans une zone de chalandise moindre. Mais ça peut être une façon de s’implanter dans la commune. Au fil du temps, vous pourrez changer d’emplacement. En effet, il n’est pas rare qu’avec l’ancienneté de présence sur un marché, les commerçants changent d’emplacement pour obtenir une meilleure place, plus adaptée, plus passante, etc.

Pour obtenir les informations de contact de la personne concernée au sein de la mairie, le plus simple est de chercher directement sur le site de la commune dont vous obtenir un emplacement de marché. Bien souvent, on trouve facilement les coordonnées du service « Foires et marchés » dans les pages du site.

Par exemple : la Mairie de Châteaurenard

Une petite astuce cependant consiste, si la commune de votre choix n’est pas trop loin, à se déplacer directement en mairie pour prendre un rendez-vous avec la personne en charge des emplacements de marché. Il peut être utile de voir la personne en direct, au calme, avant de se présenter le matin, jour de marché.

Le rappel

Deuxième moyen, s’inscrire au rappel le matin même auprès du placier. Cela vous donnera plus de chance d’obtenir une bonne place, par contre vous vous exposez au risque de renter chez vous si le nombre de places vacantes le jour même n’est pas suffisant. En effet, de très nombreuses mairies appliquent un système d’ancienneté des passagers (personnes qui n’ont pas encore d’emplacement attribué fixe). En fonction de votre assiduité, vous remonterez dans la liste et vous obtiendrez de plus en plus facilement un emplacement. Cela peut paraître décourageant mais il est plus facile qu’il n’y paraît car parfois, les emplacements disponibles ne sont pas adaptés à ceux qui sont devant vous dans la liste, pour cause de concurrence à proximité immédiate, emplacement trop petit, difficile d’accès, etc. Tout cela peut tourner à votre avantage si vous avez quelques facultés d’adaption.

De l’organisation et de l’observation

Etre organisé est un plus, en se rappelant des noms et prénoms des placiers, des responsables de mairies des villes et communes. Observez aussi qui fait quoi. Quel commerçant vend telle ou telle marchandise pour ne pas demander un emplacement non adapté à votre activité. Evitez de vous mettre trop près de vos concurrents directs. Déjà pour ne pas qu’ils voient vos techniques de vente mais aussi pour ne pas les gêner si ils sont plus anciens que vous. Et aussi pour donner au marché une cohérence supplémentaire du point de vue du client.

Pour bien vendre sur les marchés il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeux et  qui sont valables pour le commerce ambulant mais aussi pour toute formes de commerce.

L’emplacement, l’emplacement et l’emplacement

Un facteur essentiel pour réaliser du chiffre d’affaire est d’avoir un emplacement adapté à son activité. Mais dans tous les cas, un commerce est avantagé si il est vu par le plus grand nombre de clients potentiels possible. C’est un principe simple qui s’applique à toutes les formes de commerce, ambulant ou non. La fréquentation, le passage, la facilité d’accès, sont des qualités recherchés pour un bon emplacement.

La visibilité, c’est essentiel. Voir et surtout être vu.

Mais être vu signifie aussi avoir une exposition suffisante pour que le chaland vous remarque. En clair, si votre emplacement est au top mais votre surface d’exposition très petite, il vous faudra déployer d’autres ressources pour exploiter votre emplacement. Sur un marché, un petit stand n’est pas forcément moins rentable qu’un grand mais les techniques de vente sont souvent différentes et devront s’adapter.

Autre facteur important concernant l’emplacement, c’est son environnement, a grande ou petite échelle. L’environnement immédiat de l’emplacement concerné peut influer sur le C.A. Il peut être bon de réfléchir à deux fois avant de choisir son lieu d’implantation. En effet, le contexte économique n’est peut être pas adapté à l’activité ou bien le voisinage peut être nuisible.

Démarquez vous!

 

Pour faire face à la concurrence, plusieurs moyens sont bons à mettre en oeuvre. Le premier est de se démarquer par la présentation. Un stand attractif, soigné où l’offre est abondante sera toujours plus intéressant pour le client. Parce que la présentation, ça compte, n’hésitez pas à soigner votre stand (et votre apparence) autant que possible. Du véhicule au commerçant, quant tout est nickel, les clients le perçoivent. 

Concernant la présentation, et afin de suivre les tendances, il existe différents salons professionnels qui vous permettront soit d’acheter auprès de fournisseurs et fabricants mais aussi de prendre des idées de produits ou de présentation. 

Quelques un de ces salons : 

Une autre façon de se démarquer, et bien vendre sur les marchés, c’est par l’offre. Que ce soit par un tarif plus avantageux ou bien par une offre plus diversifiée et complète que vos concurrents, voire les deux, il est toujours bon de proposer quelque chose que les autres n’ont pas. Par exemple, dans le secteur très concurrentiel du prêt à porter, certains se démarquent en se spécialisant dans les grandes tailles. Et en l’affichant bien sûr. 

 

Le service et la fidélisation.

Il est plus facile de vendre à un client régulier qu’à un client occasionnel. Et pour que ce client revienne, il faut qu’il soit content de ce qu’il a acheté. La qualité du produit vendu entre en compte mais ce n’est pas suffisant; qu’est ce qui empêche ce client d’acheter la même chose ailleurs? Souvent, c’est le service qui va avec, le petit plus, l’attention personnelle qui fait que le client se sente unique et revienne chez le même commerçant. Fidéliser sa clientèle est très important. Souvent sur un marché les clients fidèles peuvent faire une bonne partie du chiffre d’affaire. C’est pour ça que les cartes de fidélité existent, les petits cadeaux en plus, parfois un petit prix… Tous les moyens sont bons pour fidéliser un(e) client(e).

L’expérience bien sûr

Au fil des années, l’expérience acquise fait que l’art de bien vendre sur les marchés devient quelque chose de naturel. Chacun développe ses trucs et astuces en fonction de son métier. Mais ces principes simples sont depuis toujours les bases de la vente ambulante sur le terrain.

Lors de votre formation, ces points seront vus et détaillés dans les techniques de vente (jour 9) et lors de la visite et de l’analyse d’un marché (jour 11)..